Portrait : Steve Matyja, repousser les limites
« On me disait : Pas de sport. » Steve Matyja a montré d’emblée qu’il n’était pas question pour lui de se laisser dicter son destin, pas même par la « muco », le petit nom familier de la mucoviscidose, cette maladie évolutive qui le prive de souffle dés son plus jeune âge. Il se met au badminton grâce à son professeur de 6e qui l’y initie. « J’ai compris que la discipline me convenait bien. Douce dans les impacts, violente sur le plan respiratoire, comme ce que je ressentais en kiné ». Vers ses vingt ans, son Master d’informatique qui lui demande toute son énergie avec des traitements qui lui prennent une grande partie de son temps et son métier de conseil pour la société Accenture qu’il exerce au Luxembourg. Il n’a plus le temps. Mais trois ans plus tard, le verdict est sans appel. Les indicateurs sont au rouge, Steve ne parvient plus à souffler l’équivalent d’une bouteille de 50cl. Son cœur s’affole, par maque d’air. Son médecin prescrit la greffe – trois ans d’espérance de vie » et le mal semble irréversible.

Steve Matyja impose une nouvelle fois le badminton. « J’ai pratiqué deux heures par jour, cinq jours par semaine. Il fallait un électrochoc. Je voulais forcer mes poumons à reprendre du volume. Mission accomplie, son volume pulmonaire augmente, à la surprise du corps médical qui n’avait encore jamais vu ça et lui demande désormais ses résultats sportifs. Ne pas abdiquer, c’est allez au devant de belles victoires. Une médaille de bronze au championnat de France par exemple qu’il a remporté haut la raquette.

Professionnellement sportif !

Mais Steve Matyja n’est pas que réductible à son courage. C’est d’abord un professionnel de l’informatique, un organisateur, un passionné de communication à l’aise à l’oral et capable de tout avec son boîtier photo Canon Mar II 5D. Mille projets le portent en avant tels que ses nombreuses opérations pour le Téléthon, la prise en charge du Community Management de Lucas Mazur, champion du monde de para badminton et son poste de gérant d’une célèbre franchise de moto. Bravo Steve !



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *